André Breton

« Ce que j’ai aimé, que je l’aie gardé ou non, je l’aimerai toujours »

Animateur du mouvement surréaliste
1896 – 1966

Biographie

André Breton, né à Tinchebray dans l’Orne le et mort à Paris le , est un poète et écrivain français, principal animateur et théoricien du surréalisme.

Auteur des livres Nadja, L’Amour fou et des différents Manifestes du surréalisme, son rôle de chef de file du mouvement surréaliste, et son œuvre critique et théorique pour l’écriture et les arts plastiques, font d’André Breton une figure majeure de l’art et de la littérature française du XXe siècle.

Avec Louis Aragon et Philippe Soupault, André Breton fonde en 1919 la revue « Littérature« . Ami de Guillaume Apollinaire, il fréquente aussi Tristan Tzara, initiateur du mouvement Dada

Dans « Les Champs magnétiques » (1920), texte poétique écrit avec Philippe Soupault, il met en œuvre le principe de l’écriture automatique et explore les possibilités de l’état hypnotique.

André Breton publie en 1924 le premier « Manifeste du Surréalisme » où il prône l’exploration poétique de l’inconscient en réhabilitant l’imaginaire et le rêve. Avec ses amis, Philippe Soupault, Louis Aragon, Paul Eluard, René Crevel, Michel Leiris, Robert Desnos, Benjamin Péret, etc , il crée le « Bureau de recherches surréalistes » et la revue « La Révolution surréaliste« .

Dans le « Second Manifeste Surréaliste » (1930) André Breton qui tente de réconcilier le rêve et la réalité et de promouvoir une « libération totale ». L’apport fondamental de ce texte est « précisément de dépasser les limites d’une révolution du seul esprit et de combler le vide d’une pensée n’agissant que pour son propre compte, en posant la question du régime social dans lequel nous vivons, de son acceptation ou de son refus, et de l’action politique à engager » (Louis Gill). Il fut le co-auteur du Manifeste « Pour un art révolutionnaire indépendant ».

André Breton est enterré au cimetière des Batignolles, dans le 17ème arrondissement de Paris. Sur sa tombe, décorée simplement d’un octaèdre étoilé, est gravée l’épitaphe : « Je cherche l’or du temps. »

Comme Aragon, il adhère au parti communiste français mais il y renonce par la suite, ce qui cause des heurts avec le groupe surréaliste (départ d’Aragon en 1932). À cette époque, la production littéraire de Breton est importante : Nadja est publié en 1928, Les Vases communicants (1932) et L’Amour fou en 1937. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Breton se réfugie aux États-Unis. Il rentre en France en 1946 et tente de reconstituer le groupe surréaliste d’avant-guerre. Il continue de plaider en faveur de la modernité poétique jusqu’à sa mort en septembre 1966 à Paris.
 

L’Amour fou

par André Breton

Résumé

L’Amour fou, publié en 1937, est un récit autobiographique d’André Breton dans la continuité de Nadja, publié en 1928. Ici, André Breton mêle récit de vie, rêveries et photographies pour évoquer la thématique de l’amour. Le livre est découpé en sept chapitres.

L’Amour fou commence par le récit d’un étrange fantasme. André Breton se voit coincé entre deux tribunaux, l’un composé d’hommes et l’autre composé de femmes, en nombre égal. L’auteur commence ainsi son analyse de l’amour et développe, dans ce premier chapitre, plusieurs notions et idées sur le sujet. Il explique par exemple que l’amour destiné à un être unique est une illusion et confirme l’idée qui consiste à dire que les individus ont un « type » d’homme ou un « type » de femme.

Mais ce chapitre sert surtout à développer un thème essentiel qui est celui de la « beauté convulsive », que Breton décline sous trois formes. Le chapitre se termine en effet sur cette phrase : « La beauté convulsive sera érotique-voilée, explosante-fixe, magique-circonstancielle ou ne sera pas ». Une photo illustre d’ailleurs cette notion de beauté « explosante-fixe ».

Le second chapitre s’ouvre sur ces phrases tirées d’un questionnaire rédigé par Paul Éluard et par André Breton : « Pouvez-vous dire quelle a été la rencontre capitale de votre vie ? – Jusqu’à quel point cette rencontre vous a-t-elle donné, vous donne-t-elle l’impression du fortuit ? Du nécessaire ? ». Breton dans ce chapitre commente la réussite et les résultats de ce questionnaire, la méthode utilisée et le nombre de participants, qui n’en font pas une enquête très fructueuse avoue-t-il….

 

« Je vous souhaite d’être follement aimée. » Un des textes fondamentaux du surréalisme. Un des ouvrages de Breton dans lequel s’offre le plus ouvertement la gamme entière de ses « charmes ». Le hasard et le désir, la vie et le rêve, le monde et l’homme entretiennent ici une mystérieuse correspondance de tous les instants.

 
 
Sources et illustrations
 
 
Fermer le menu