Hubert Reeves

J’ai toujours pensé qu’il pourrait fort bien exister cette même relation avec “les particules élémentaires qui composent tout l’univers, notre planète, les végétaux, les minéraux et tout organisme vivant et qui sont déjà âgées de plus de 14 milliards d’années, c’est-à-dire issues de l’expansion initiale de cet hyper condensat de matière et d’énergie, le Big Bang “. C’est ce que pensent très sérieusement les astrophysiciens. “Les particules de psycho-matière n’échappent pas à cette éternité et migrent lors de la mort physique dans un lieu inconnu “… C’est pourquoi une page concernant ce poète des étoiles, ce conteur fabuleux, cet astrophysicien engagé pour la survie de notre planète qu’est Hubert Reeves s’est imposé naturellement à mon esprit.

Hubert Reeves, en tant que poète, passe de la démonstration à la parole prophétique. Il est notre compagnon de voyage et nous parle aussi bien de la beauté des oiseaux que de celles des étoiles. Et aussi de notre moi profond : «Je cherche à comprendre comment fonctionne ce moi avec lequel je m’éveille chaque matin». Avec son allure de Bouddha rieur, de Socrate malicieux, il nous recoud une éternité.

Né à Montréal le 13 juillet 1932 , docteur en astrophysique nucléaire, il est depuis 1966, Directeur de Recherches au MRS.
Des livres prodigieux, au sens de prodiges, tels que Patience dons l’Azur , Poussière d’étoiles , Malicorne, L’Heure de s’enivrer, des films les Étoiles meurent aussi , la Vie dans l’univers , de nombreuses émissions de télévision (Monsieur Étoiles filantes, c’était lui !) l’ont popularisé auprès du public, rendant plus proche sa question constante : l’univers a-t-il un sens ?

Lui « cœur tendre qui boit le néant vaste et noir », ne veut pas être un enfant du hasard, un être sans conscience ni complexité, laissant libre cours à ses pulsions de mort. Sa croisade pour accoucher d’un sens, fini par nous troubler. Toute cette générosité est une religion de l’homme, un investissement sur l’intelligence. Longtemps sur France-Culture il a tenu, et il tient encore, ses Chroniques du ciel et de la vie. Sa voix de rocaille avec son bel accent du Québec faisait rouler les pierres de tous les ruisseaux. D’ailleurs sa voix il la prête aux musiques qu’il aime ; Pierre et le Loup, Le carnaval des animaux, ma Mère l’Oye, Maurice Ravel, “La Cantate pour la Fin du Temps” (Olivier Messiaen), Les Quatre Saisons (Antonio Vivaldi)…

Vulgarisateur de secrets enfouis, de sciences profondes, il démystifie le discours scientiste mais sans faire appel à l’obscur. Il se bat toutes voiles dehors, toute parole prophétique clamée, pour l’environnement : « La Terre ne sera plus jamais comme elle était en 1900, par exemple. La vie continuera, elle évoluera, mais est-ce que l’humanité sera capable de survivre ?”
« Les théories sont grises, mais les arbres sont verts ». Lui, il conte, il dialogue entre ciel et terre avec l’univers ou un papillon :

« J’essaie de dire aussi qu’un papillon n’existe pas pour être épinglé dans une boîte de collection. Et j’espère que l’écho répète ! j’espère surtout que tous ceux qui l’entendent le redisent autour d’eux».

Hubert Reeves est un rêveur qui se passionne pour la réalité, et l’une des plus chaleureuses personnalités de la communauté scientifique internationale. Connu pour ses talents de communicateur scientifique, l’astrophysicien est avant tout un chercheur dont les travaux en nucléosynthèse ont récemment été consacrés par le prix Albert Einstein.
De son enfance québécoise près du lac Saint-Louis à sa vie quotidienne dans sa ferme de Malicorne en France, Hubert Reeves a toujours entretenu une véritable fascination pour la nature et sa relation à l’univers. La découverte de la puissance des mathématiques a exercé sur lui un attrait irrésistible, une vocation catalysée par ses professeurs à l’Université Cornell, certains étant reconnus parmi les plus grands génies du siècle, notamment Hans Bethe, Philip Morrison et Bob Wilson.

Il pose son regard sur l’émerveillement du monde qu’il réenchante :

« Dans le ciel, passe une volée de canards, le cou raide tendu vers l’avant.
Je compte. Il y en a cinq. Le chiffre cinq se met à exister devant moi.
Les nombres ont-ils un mode d’existence en dehors de la tête de celui qui les pense ? »

Le passage au XXIe siècle amène plusieurs cinéastes à se questionner sur le sens et l’origine de la vie. Qui sommes-nous? D’où venons-nous? Quelle est notre place dans l’univers? Y a-t-il un principe fondamental, organisateur? Le monde dans lequel nous vivons est-il le fruit du hasard? Toutes ces questions fascinent depuis toujours Hubert Reeves. Dans ce film, le célèbre astrophysicien nous parle de son enfance, ses études, ses professeurs, ses collègues, et bien sûr d’astrophysique. Mais il aborde aussi, avec beaucoup de clarté, de franchise et d’humilité, des questions plus difficiles, comme les limites de la science, la bombe atomique et la préservation de l’environnement.

Marc St-Pierre
De la sélection : Documentaires marquants des années 2000

Conteur d’étoiles :

Portrait documentaire d’Hubert Reeves, humaniste et écologiste engagé. Son combat : laisser aux générations futures une planète habitable. Les heures sont comptées, croit-il. Il nous rappelle les découvertes scientifiques qui font de nous les «enfants du cosmos» et, à ce titre, nous rendent responsables de la survie d’une terre promise, laquelle menace de devenir notre enfer…

Source : ONF

Vulgarisation scientifique

Source : Wikipedia

Dans les années 1970, Reeves commence à s’exprimer publiquement sur divers sujets liés, entre autres, à la physique nucléaire. C’est lors de vacances à Carry-le-Rouet, où il partage, nuit après nuit, ses connaissances en astronomie avec d’autres vacanciers, qu’il commence réellement une carrière de vulgarisateur scientifique. À la suite de la suggestion d’une amie, il décide de mettre par écrit ses connaissances et commence la rédaction de Patience dans l’azur, dont le titre est inspiré d’un poème de Paul Valéry. Le manuscrit, refusé par une trentaine de maisons d’édition, est réécrit par Reeves avec l’aide de son ami physicien Jean-Marc Lévy-Leblond, pour être finalement publié en 1981. Le livre connaît un grand succès après sa présentation à l’émission Apostrophes de Bernard Pivot.

Les éléments lourds de l’Univers se forment à l’intérieur des étoiles massives et sont rejetés dans l’espace à la mort de ces dernières.

Plusieurs lecteurs d’Hubert Reeves lui écrivent des lettres qui influencent la pensée et les choix d’écriture du scientifique. Ainsi, une lectrice de Patience dans l’azur lui envoie une lettre qui l’inspire à écrire Poussières d’étoiles, sorti en 1984 et dans lequel il met en exergue un passage de la lettre qui l’a inspiré : « On m’a dit : Tu n’es que cendres et poussières. On a oublié de me dire qu’il s’agissait de poussières d’étoiles. ». Dans ce livre, il rappelle, entre autres, que les atomes qui composent la Terre et ses habitants ont été constitués à l’intérieur des étoiles massives et ont été disséminés dans l’espace lors de la mort de ces dernières.

Certains lecteurs critiquant ce qu’ils considèrent comme un positivisme excessif chez Reeves, ce dernier décide, en 1984, d’écrire sur la plus grande menace planétaire perceptible à l’époque, celle engendrée par la guerre froide. Il publie ainsi L’Heure de s’enivrer en 1986, où il dresse, entre autres, un portrait inquiétant des arsenaux nucléaires des deux grandes puissances américaine et soviétique.

 
 
Pyramide de la complexité telle que développée par Reeves.

Il anime une série d’émissions-conférences télévisées intitulée Histoire de l’Univers, qui sera diffusée à plusieurs reprises au cours des années 1990 et 2000 au Canal Savoir. Il y reprend, entre autres, l’idée de la pyramide de la complexité, un concept, développé dans L’Heure de s’enivrer, décrivant la complexification de l’Univers, du Big Bang jusqu’à aujourd’hui.

 

Publications professionnelles

De nombreux articles dans des revues spécialisées, sur ces sujets de travaux de recherche :

  • réactions thermonucléaires dans les noyaux stellaires : fusion du carbone et de l’oxygène ;
  • spectre de neutrinos solaires ;
  • processus r et s dans les étoiles ;
  • origine des éléments légers : lithium, béryllium et bore ;
  • abondance du deutérium et de l’hélium dans le système solaire et dans l’univers ;
  • densité de l’univers ;
  • étude de la transition quark-hadron en cosmologie ;
  • origine et développement de l’énergie libre dans l’univers en expansion.

Deux livres :

  • (en) Stellar evolution and nucleosynthesis, Gordon & Breach, New York, 1968.
    • traduction : Évolution nucléaire et Nucléosynthèse, Dunod, Paris, 1968.
  • (en) Nuclear Reactions in Stellar Surfaces, Gordon & Breach, New York, 1972.

 

Sa bibliographie et son site officiel : ICI

Hubert Reeves vient d’être nommé président d’honneur de l’Agence française de la biodiversité, qui verra le jour au 1er janvier 2017.

Avant le démarrage officielle de l’activité, le 1er janvier 2017, de l’Agence française de la biodiversité, Hubert Reeves fait un constat sans appel : “La situation sur le plan de la biodiversité est très mauvaise.” La faute à l’activité des hommes, qui sont loin d’avoir pris la mesure du problème climatique, se mettent eux-mêmes en danger. Source : France inter

INTÉGRALEHubert Reeves “Les êtres humains ont tué à peu près la moitié des espèces vivantes” http://www.dailymotion.com/video/x563lx6_hubert-reeves-repond-aux-questions-de-marc-fauvelle_news @Marcfauvelle

 

Fermer le menu