Il y a huit ans le 13 mars 2010 disparaissait Jean Ferrat

FERRAT, JEAN 1980 © ERLING MANDELMANN

 

Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat, né le à Vaucresson (Seine-et-Oise) et mort le à Aubenas2 (Ardèche), est un auteur-compositeur-interprète français.

Auteur de chansons à texte, il alterne durant sa carrière chansons sentimentales, chansons poétiques et chansons engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, il met en musique et popularise nombre de poèmes de Louis Aragon avec l’approbation de celui-ci.

Fidèle, sa vie durant, à ses idéaux communistes, il n’en conserve pas moins sa liberté vis-à-vis du Parti communiste français, dont il a toujours dit n’être pas membre, n’hésitant pas à s’en démarquer sur différents sujets.

Bien que peu présent dans les médias et malgré son retrait de la scène à quarante-deux ans, cet ardent défenseur de la chanson française connaît un grand succès critique et populaire. Apprécié d’un large public, Jean Ferrat est considéré, à l’instar de Léo Ferré, Georges Brassens et Jacques Brel, comme l’un des grands de la chanson française.

En résumé, dans la mémoire populaire, le nom de Jean Ferrat reste indélébile. Riches et pauvres, agriculteurs et ouvriers, vieux et jeunes, tous se retrouvaient dans les chansons de cet homme de cœur et de conviction. Mais savait-on que derrière le chanteur engagé se cachait un enfant nommé Jean Tenenbaum, dont le père a été déporté par les nazis à Auschwitz ? Que derrière le poète qui lisait Aragon, il y avait un guitariste de jazz ? Que toute sa vie, Jean Ferrat a été en butte à la censure qui régnait à la télé, à la radio ? Avec des titres inoubliables comme “La Montagne”, “Potemkine“, “Ma Môme“, “La femme est l’avenir de l’homme“, il reste indéniablement le poète du siècle.

Sources et illustrations :
Wikipedia
Fermer le menu