Selon Platon, l'artiste produit effectivement des copies de la nature. Dans La République, Socrate évoque Homère, « capable, par son habileté de prendre toutes les formes et de toutes les imiter ». Cependant, cette habileté est dépréciée par Platon car l'artiste ne saisit pas l'essence de la nature mais seulement ses apparences sensibles. De la même manière, il condamne l'« art du simulacre » ou « art de l'apparence illusoire » dans lequel le peintre Zeuxis serait passé maître : les oiseaux venaient picorer, dit-on, les raisins qu'il avait peints. Le simulacre se fait passer pour le réel, c'est précisément en quoi il est condamnable, contrairement au simple «art de la copie» : l'artiste se contente dans ce cas de copier le modèle, en sachant que la copie et le modèle restent distincts. Il n'y a donc pas, dans ce cas, simulacre et mensonge.
Art végétal et land Art
Dennis Oppenheim

Artiste américain né à Électric City, état de Washington, en 1938
Artiste contemporain land art et body art
A participé 3 fois à la biennale de Venise.

Le land Art est une tendance de l’art contemporain, utilisant le cadre et les matériaux de la nature (bois, terre, pierres, sable, rochers etc. ). Le plus souvent les œuvres sont à l’extérieur, exposées aux éléments, et soumises à l’érosion naturelle; ainsi certaines ont disparu et il ne reste que leur souvenir photographique et des vidéos.

Le Land Art n’a jamais constitué un mouvement artistique organisé. C’est la résultante d’un entrecroisement d’artistes venant d’horizons divers.

Certains artistes intégrés au mouvement prônent l’écologie mais ce n’est pas une tendance générale. Ceci est le cas de Nils Udo ou Andy Goldsworthy.

Spiral Jetty de Robert Smithson, photographiée en avril 2005. Earthworks

 

Art végétal et Street Art
Le Street art est un art strictement visuel développé dans les espaces publics ou en d'autres mots dans la rue.
L’art prend la rue comme elle est. Le street art “fait avec”. Avec les éléments architecturaux, le mobilier urbain, les imperfections ou les fractures de la ville.
Diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de Lodz, Natalia Rak a participé à plusieurs expositions collectives en Pologne, dont la première vente de Street Art dans le pays, Galerie Rempex à Varsovie. Elle peint des personnages féminins colorés et poétiques. Ici, une fresque porteuse de sens écologique.