Louis Aragon
 
Louis Aragon vers 1950
 
Louis Aragon est né en octobre 1897 à Paris. Il commence des études de médecine et rencontre, en 1917, à l’hôpital du Val-de-Grâce, André Breton. En 1919, il fonde la revue Littérature avec Philippe Soupault et André Breton. Louis Aragon est un membre du mouvement Dada et du mouvement surréaliste. Il publie Anicet ou le Panorama en 1921 et le Paysan de Paris en 1926. L’année suivante, en 1927, il adhère au parti communiste. Il devient par ailleurs journaliste à L’Humanité. En 1928, il rencontre Elsa Triolet et rompt avec les surréalistes en 1932. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entre dans la Résistance et publie des poèmes dédiés à Elsa Triolet, sa compagne. Il s’agit du Crève-cœur en 1941 et des Yeux d’Elsa en 1942. En 1970, Elsa Triolet meurt. En 1982, Aragon meurt en décembre à Paris.
 

Dada et surréalisme

Les premiers recueils d’Aragon s’inscrivent dans le mouvement dada puis dans le surréalisme. Les poèmes de Feu de joie (1920) sont ceux d’une jeunesse en révolte. Ils expriment en revanche un enthousiasme pour la modernité, notamment le cinéma américain, le Paris des cafés et des métros. Il cherche à poétiser à nouveau le quotidien en partant de ce quotidien. ; André Breton dira d’ailleurs en 1924 : « Aragon échappe plus aisément que quiconque au petit désastre du quotidien » .

Ils laissent peu de place à la versification traditionnelle mais montrent un attachement aux allitérations et assonances au sein du vers libre. Ce dernier commence à s’imposer dans la littérature française, notamment grâce au poème Zone qui ouvre le recueil Alcools de Guillaume Apollinaire, ainsi que La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Blaise Cendrars

 
Œuvres principales de Louis Aragon
Romans
Le Paysan de Paris (1926)
Les Beaux Quartiers (1936)
Aurélien (1944)
Blanche ou l’Oubli (1967)
Recueils de poèmes
Le Mouvement perpétuel (1926)
Les Yeux d’Elsa (1942)
La Diane française (1945)
Le Roman inachevé (1956)
Le Fou d’Elsa (1963)
Essais
Pour un réalisme socialiste (1935)
Je n’ai jamais appris à écrire (1969)
 
 
Sources et illustrations