Paul Klee (1879-1940)

 

Biographie

Peintre suisse, Paul Klee est né le 18 décembre 1879 à Münchenbuchsee (Suisse), au sein d’une famille de musiciens. Il est mort le 29 juin 1940 à Muralto-Locarno (Suisse).

Ce n’est toutefois pas vers la musique qu’il se tourne mais vers l’art pictural. A sa sortie de l’académie des Beaux-Arts de Munich, il réalise quelques œuvres, qu’il présente plus tard à l’exposition du Cavalier bleu. C’est à cette période qu’il côtoie Kandinsky et August Macke. Lors d’un séjour en Tunisie avec ce dernier, il reçoit une formidable révélation : celle de la couleur.

 

Destitué par les nazis de son poste d’enseignant à Düsseldorf, il se rend à Berne et peint des idéogrammes (Signes noirs, 1938). Atteint d’une maladie musculaire, l’artiste s’éteint le 29 juin 1940 à Muralto-Locarno (Suisse).

Les surréalistes exposent à Paris. La galerie Loeb à Paris accueille pour la première fois une exposition collective de peintres surréalistes. Les œuvres de Paul Klee, Man Ray, Juan Miro, Max Ernst et Pablo Picasso sont présentés au grand public. Le fondateur du mouvement, André Breton, et le poète Robert Desnos sont à l’origine de l’événement.

Paul Klee se rend en voyage d’études en Italie en 1901, en compagnie du sculpteur Hermann Haller, où il est impressionné par l’art des premiers chrétiens et l’art byzantin. Dès son retour et jusqu’en 1906, il poursuit sa formation à l’Académie des Beaux-Arts de Berne. Il se consacre principalement à la gravure et à l’art du vitrail. Il effectue également son premier voyage à Paris. En 1906, Paul Klee épouse la pianiste Lily Stumpf et s’établit à Munich. Leur fils unique, Felix Paul, naît l’année suivante. C’est à cette époque qu’il découvre Vincent Van Gogh et également Paul Cézanne et, lors d’une exposition à Munich, les oeuvres des impressionnistes français. En 1911, il rencontre Kandinsky, Marc et Macke et se passionne pour l’œuvre de Robert Delaunay. Klee présente 17 travaux à l’occasion de la seconde exposition du « Blaue Reiter » dans la galerie de Hans Goltz à Munich en 1912.

8 décembre 1911 :

Première exposition du « Cavalier bleu« Der Blaue Reiter, fondé à Munich par Kandinsky et Franz Marc, organise sa première exposition. Le mouvement réunit un groupe d’artistes d’inspiration expressionniste parmi lesquels se trouvent, outre les fondateurs, Macke, Kubin et Munter. Cette première exposition accueillera les œuvres du Douanier Rousseau, de Schoenberg et de Delaunay. En 1912, Kandinsky et Marc feront paraître des articles artistiques dans « l’Almanach« , tout en organisant la seconde exposition, en février. Cette fois, les membres de « Die Brücke« , les Fauves et les cubistes seront de la partie. On comptera parmi eux Malevitch et Paul Klee. Le mouvement sera détruit pendant la guerre.

14 novembre 1925 :

Début 1914, Klee entreprend en compagnie de deux amis, les peintres Moilliet et Macke, un voyage de trois semaines en Tunisie. La violence des couleurs et du soleil d’Afrique du Nord l’inspire à tel point qu’il se sent « envahi par la couleur ». Ce n’est qu’à partir de ce voyage qu’il ose se considérer pour la première fois comme peintre.

« Kairuan, devant la porte » 1914 ‒ aquarelle et crayon sur papier, 13,5 x 22 cm

Paul Klee et Wassily Kandinsky en 1929 / Photo : Nina Kandinsky / Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky

Le théâtre et Paul Klee

L’œuvre de Paul Klee (1879- 1940) a été profondément marquée par sa passion pour le théâtre. Cette publication met en lumière tous les aspects de cette fascination ; elle est accompagnée d’une chronologie richement illustrée, d’une sélection d’œuvres d’artistes contemporains proposée comme autant de contrepoints et d’un volet abordant le rapport de Paul Klee à la musique.
Paul Klee fut durant toute sa vie un passionné des arts du spectacle et de la scène : de l’opéra aux marionnettes. Les personnages de théâtre ou d’opéra tels qu’ Hamlet, Falstaff ou Don Giovanni ont habité son travail. Les figures du masque et du clown comptent parmi les éléments clefs de son répertoire. Klee souligne surtout le lien entre le théâtre et la vie en illustrant l’allégorie selon laquelle le monde est une vaste scène, un immense décor dans lequel évoluent des personnages.
La contribution du compositeur et chef d’orchestre Pierre Boulez met en lumière l’importance jouée par la musique dans l’œuvre de Paul Klee.

Sources et illustrations :