Saisir les gestes ordinaires de gens ordinaires dans des situations ordinaires

Robert Doisneau est né dans le sud de la banlieue parisienne au sein d’une famille bourgeoise. Il étudie les Arts graphiques à l’École Estienne et obtient son diplôme de graveur et de lithographe en 1929.

Un an plus tard, il intègre l’Atelier Ullmann en tant que photographe publicitaire. En 1931, Robert Doisneau rencontre Pierrette Chaumaison avec qui il se marie trois ans plus tard ; il devient cette même année l’opérateur d’André Vigneau avec lequel il découvre la Nouvelle Objectivité photographique.

En 1932, il vend son premier reportage photographique, qui est diffusé dans l’Excelsior.

En 1934, le constructeur automobile Renault de Boulogne-Billancourt, l’embauche comme photographe industriel, mais, du fait de ses retards successifs, il se fait renvoyer cinq ans plus tard, en 1939.

Désormais sans emploi, Robert Doisneau tente de devenir photographe illustrateur indépendant. Il rencontre, peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale, Charles Rado, fondateur de l’agence Rapho. Son premier reportage, sur le canoë en Dordogne, est interrompu par la déclaration de guerre et la mobilisation générale.

Après la Seconde Guerre mondiale, Robert Doisneau devient photographe indépendant en intégrant officiellement, dès 1946, l’agence de photographie Rapho. C’est sans doute à cette époque que se manifeste l’influence réciproque entre lui et Jacques Henri Lartigue.

Il se met alors à produire et à réaliser de nombreux reportages photographiques sur des sujets très divers : l’actualité parisienne, le Paris populaire, des sujets sur la province ou l’étranger (URSS, États-Unis, Yougoslavie, etc.). Certains de ses reportages paraîtront dans des magazines comme Life, Paris Match, Réalités, Point de vue, Regards, etc. Il était un ami du peintre Jean-Joseph Sanfourche.

En 1947, il rencontre Robert Giraud, chez l’antiquaire Romi, c’est alors le début d’une longue amitié et d’une fructueuse collaboration. Doisneau publiera une trentaine d’albums dont La Banlieue de Paris (Seghers, 1949), avec des textes de Blaise Cendrars. Il travaillera un temps pour Vogue, de 1948 à 1953 en qualité de collaborateur permanent. Il est aussi ami de Jacques Yonnet et ses photos illustrent son fameux Enchantements sur Paris (Denoël, 1954) devenu La ville des maléfices (Biblio).

 

 

Son talent de photographe sera récompensé à diverses reprises : le prix Kodak en 1947, le prix Niépce en 1956. En 1960, Doisneau monte une exposition au Musée d’art contemporain de Chicago. En 1975, il est l’invité d’honneur du festival des Rencontres d’Arles (France). Une exposition lui y est consacrée. Il recevra d’autres prix pour son travail : le Prix du Livre des Rencontres d’Arles pour L’Enfant et la Colombe (1979) et pour Trois secondes d’éternité en 1980, chez contrejour, le Grand Prix national de la photographie en 1983 et le prix Balzac en 1986. En 1986, le festival des Rencontres d’Arles présente une exposition intitulée De Vogue à Femmes, Robert Doisneau. En 1992, Doisneau présente une rétrospective au Musée d’art moderne d’Oxford. Ce sera la dernière exposition de ses œuvres organisée de son vivant. En 1994, le festival des Rencontres d’Arles présentait Hommage à Robert Doisneau.

Sa femme Pierrette meurt en 1993 alors qu’elle souffre de la maladie de Parkinson et d’Alzheimer. Robert Doisneau meurt six mois plus tard, le 1er avril 1994, à Montrouge. Il est enterré à Raizeux, aux côtés de sa femme.

 

Son œuvre

Robert Doisneau est l’un des photographes français les plus connus à l’étranger notamment grâce à des photos comme Le Baiser de l’hôtel de ville. Ses très nombreuses photographies en noir et blanc des rues de Paris d’après-guerre et de sa banlieue ont fait sa renommée.

Doisneau est « un passant patient » qui conserve toujours une certaine distance vis-à-vis de ses sujets. Il guette l’anecdote, la petite histoire. Ses photos sont souvent empreintes d’humour mais également de nostalgie, d’ironie et de tendresse.

Robert Doisneau travaillait sur Paris, ses faubourgs et ses habitants en saisissant chaque instant de leur vie : artisans, bistrots, clochards, gamins des rues, amoureux, bateleurs, etc. Il enregistra pendant près d’un demi-siècle des milliers de portraits du petit peuple de Paris.

Il a participé au Groupe des XV aux côtés de René-Jacques, de Willy Ronis, de Pierre Jahan, dans les années 1950.

 

 

 

LA DOUCHE A RAIZEUX, 1949

“Toute ma vie je me suis amusé, je me suis fabriqué mon petit théâtre.” – Robert Doisneau

 

“La chance est la seule chose qui ne peut pas être achetée. Vous devez payer pour cela et vous devez le payer de votre vie, dépenser beaucoup de temps, payer pour le temps, pas la perte de temps, mais la perte de temps. »- Robert Doisneau

Amour et barbelés ( Robert Doisneau, 1944)

Je n’ai pas vu le temps passer, j’étais trop occupé dans le spectacle permanent et gratuit que mes contemporains m’ont offert dès que l’opportunité de capturer une image est apparue.” – Robert Doisneau

Liens et illustrations :

 

Sources :

 

 

Fermer le menu