Depuis toujours j’ai été fascinée par l’architecture de l’univers. Stephen Hawking, devenu une icône en cette matière, chercheur acharné des trous noirs, génie passionné, esprit brillant ne pouvait que me conduire à la rédaction de cette page, à l’aide bien évidemment de mes recherches à travers les nombreux articles récoltés sur le net. Ce n’est qu’une approche bien modeste en forme d’hommage, en toute modestie, pour celui qui a relevé le plus grand défi de la science moderne et que j’admire !

Tant que l’univers aura un commencement, nous pourrons supposer qu’il a eu un créateur. Mais si réellement l’univers se contient tout entier, n’ayant ni frontières ni bord, il ne devrait avoir ni commencement ni fin : il devrait simplement être. Quelle place reste-t-il alors pour un créateur ?

 

Stephen William Hawking

Biographie

Stephen William Hawking, né le 8 janvier 1942 à Oxford, est un physicien théoricien et cosmologiste britannique bien connu pour ses travaux sur les trous noirs, la cosmologie quantique et ses livres de vulgarisation sur les mêmes sujets. C’est son best-seller Une brève histoire du temps (A Brief History of Time), qui est resté sur la liste des records des meilleures ventes du Sunday Times pendant 237 semaines consécutives, qui l’a fait connaître du grand public.

La renommée médiatique de Hawking vient aussi du fait qu’il a accompli ses travaux alors qu’il souffre d’une dystrophie neuromusculaire attribuée à une sclérose latérale amyotrophique (SLA). Cette terrible maladie, appelée familièrement aux États-Unis la maladie de Lou Gehrig et en France la maladie de Charcot, qui conduit à une paralysie complète et à la mort en quelques années en général, s’est déclaré chez lui peu de temps après ses 20 ans.

Mort à 76 ans, Stephen Hawking était un chercheur reconnu. Devenu une icône après la publication, en 1988, de l’ouvrage de vulgarisation “Une brève histoire du temps“, ce génie handicapé par la maladie avait aussi su médiatiser ses avis sur l’évolution du monde.

Stephen Hawking en visite voilà quelques années au LHC. L’accélérateur lui a fait perdre 100 dollars à la suite d’un pari sur la découverte d’une nouvelle particule avec le LHC. © Cern

Mon objectif est simple, c’est la compréhension totale de l’Univers, a dit un jour ce génie scientifique, qui a passé l’essentiel de sa vie cloué dans un fauteuil roulant. Comprendre et faire comprendre. Car celui qui a défié les prédictions sur son état de santé a toujours cherché à expliquer et souvent à prendre parti. Quitte à être critiqué pour ses prises de position, alarmistes, par exemple au sujet de l’intelligence artificielle, ou à cause de sa très (trop ?) grande exposition médiatique.

Sa popularité est aussi née de l’image d’un homme qui établirait ses théories tout seul, sans faire les calculs, sans tableaux, sans équations, à cause de sa maladie. Et de cette voix lente filtrée par la machine, à raison de quinze mots par minute, rendue célèbre jusque dans des chansons de Pink Floyd et de U2. Il avait perdu l’usage de la parole en 1985 à la suite d’une trachéotomie. Par Nicolas Martin et Eric Chaverou

Il a fini par rejoindre les étoiles un 14 mars, date de naissance d’Albert Einstein.

Au sujet de la mort enfin, voici ce que confiait l’astrophysicien au Guardian, en 2011 :

Je vis avec la perspective d’une mort précoce depuis 49 ans. Je n’ai pas peur de la mort mais je ne suis pas pressé de mourir. Il y a tant de choses que je veux faire d’abord.

Résumé :
Voici le premier livre que Stephen Hawking ait écrit pour le grand public. Il y expose, dans un langage simple et accessible, les plus récentes découvertes des astrophysiciens sur la nature du temps et du monde. Retraçant les grandes théories du cosmos, de Galilée et Newton à Einstein et Poincaré, racontant les ultimes découvertes de l’espace, expliquant la nature des trous noirs, il propose ensuite de relever le plus grand défi de la science moderne : la recherche d’une théorie permettant de concilier la Relativité générale et la mécanique quantique.
On sait que Stephen Hawking lutte depuis vingt ans contre une maladie neurologique très grave. Malgré ce handicap, il a consacré sa vie à tenter de percer les secrets de l’univers. Aujourd’hui, il nous fait partager ses découvertes. Un livre fascinant.
 
 
 
 

 

Nouvelle théorie sur les trous noirs

Stephen Hawking est sur le devant de la scène en juillet 2004 en présentant une nouvelle théorie sur les trous noirs qui va à l’encontre de son ancienne théorie, perdant ainsi un pari que Kip Thorne et lui avaient fait avec John Preskill, un physicien des particules. Classiquement, on peut montrer que l’information qui passe par l’horizon d’un trou noir est perdue pour notre univers. Ce fait est connu sous le nom de théorème de calvitie. Le problème avec ce théorème est qu’il implique que le trou noir émet le même rayonnement quel que soit ce qui y rentre. Ainsi, si un état pur quantique est jeté dans un trou noir, un état mélangé en ressortira. Ceci va à l’encontre des règles de la mécanique quantique et est connu sous le nom de paradoxe de l’information perdue des trous noirs.

Hawking avait auparavant spéculé que la singularité au centre du trou noir pouvait former un pont vers un « bébé univers » dans lequel l’information perdue pouvait passer ; de telles théories sont très populaires dans la science-fiction. Mais d’après la nouvelle idée de Hawking, présentée à la 17e Conférence internationale sur la relativité générale et la gravitation, le 21 juillet 2004 à Dublin, les trous noirs finissent par transmettre, de manière désordonnée, l’information de toute la matière qu’ils avalent.

Ayant conclu que l’information est conservée, Hawking concède qu’il a perdu son pari, cédant à Preskill son encyclopédie. Toutefois, Thorne reste dubitatif vis-à-vis de la démonstration de Hawking et refuse de contribuer à la récompense.

En juillet 2005, l’annonce de Hawking a donné lieu à une publication dans la revue Physical Review et largement débattue dans la communauté scientifique.

En 2014 Stephen Hawking déclare à la revue Nature, après sa conférence à l’Institut Kavli pour la physique théorique à Santa Barbara en Californie :

« Il n’y a pas de trou noir… le concept de trou noir est incompatible avec la physique quantique. »

« On ne peut rendre compte parfaitement de ces astres curieux tant que nous n’avons pas élaboré une théorie de la gravité unifiée, capable de concilier les lois de la physique quantique des échelles subatomiques avec la relativité générale qui rend compte de l’astronomie. »

Actuellement, deux théories sont en confrontation : la théorie des cordes et celle des boucles.

Séries

  • 1997, Stephen Hawking’s Universe (en) – L’univers de Stephen Hawking (6 épisodes), série réalisée par PBS
  • 2010, Into the Universe with Stephen Hawking (en) – L’univers avec Stephen Hawking (3 épisodes), série réalisée par Discovery Channel
  • 2011, The Big Bang Theory, saison 5, épisode 21 : L’Excitation Hawking, série réalisée par CBS
  • 2012, Stephen Hawking’s Grand Design – Les théories de Stephen Hawking (3 épisodes), série réalisée par Discovery Channel
  • 2013, Stephen Hawking’s Science of the Future – La science du futur avec Stephen Hawking (6 épisodes), série réalisée par National Geographic Channel
  • 2016, The Big Bang Theory, saison 10, épisode 09 : The Geology Elevation, série réalisée par CBS

Films biographiques

Ouvrages principaux

Distinctions et honneurs

 
Stephen Hawking recevant un fac-similé de manuscrits d’Einstein de l’article qui définit sa fameuse équation, après qu’Hawking a donné une conférence publique à l’université hébraïque de Jérusalem le 14 décembre 2006.

L’astéroïde (7672) Hawking a été nommé en son honneur.

Bibliographie

  • (en) Stephen Hawking, My Brief History, Random House, , 144 p. (autobiographie)
  • (en) Hélène Mialet, Hawking Incorporated : Stephen Hawking and the Anthropology of the Knowing Subject, University of Chicago Press, , 272 p. (lire en ligne [archive])
  • Hélène Mialet, À la recherche de Stephen Hawking, Odile Jacob, , 168 p. (lire en ligne [archive])
  • (en) Kristine Larsen, Stephen Hawking : a biography, Greenwood Publishing Group, , 165 p. (lire en ligne [archive])
  • Stephen Hawking, Dernières nouvelles des trous noirs, Flammarion BBC, , 108 p. (ISBN 978-2-0813-9473-5). Stephen Hawking présente un résumé des travaux à David Shukman, rédacteur en chef de la section scientifique de BBC News.
  • « Une brève histoire de Stephen Hawking » [archive] , sur France Culture
 
Sources et illustrations :
Fermer le menu